Vous êtes ici :   Accueil » Le président 2016 - Philippe Muyl
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.clap89.com/data/fr-articles.xml

Philippe Muyl, réalisateur - président du juryPhilippe MUYL, président du jury

Philippe Muyl est un réalisateur rare. Un peu plus d’une demi-douzaine de films en tant que réalisateur en 30 ans de carrière (il est par ailleurs scénariste et dialoguiste). Il s’intéresse de près à la musique (parolier dans Le Papillon).
Après des études d’art graphique, il travaille d’abord dans la publicité, passerelle vers le cinéma industriel et les spots publicitaires, dans laquelle il fait ses premières armes de cinéma. Il passe au court métrage de fiction avec L’École des chefs qui lui permet ensuite de réaliser en 1984 son premier long L’Arbre sous la mer, conte fantastique présenté en sélection officielle au Festival de Berlin l’année suivante. Il poursuit son parcours avec l’adaptation d’une comédie du couple : Jaoui – Bacri Cuisine et dépendances, succès public en 1993 et continue cette veine avec Tout doit disparaître (José Garcia, Elie Seimoun, Didier Bourdon, Yolande Moreau). En 2000, vient La Vache et le président puis en 2002, le très émouvant Le Papillon, joli conte humaniste, avec Michel Serrault. Magique en 2007, est tourné au Québec et enfin Le Promeneur d’oiseau, première coproduction franco-chinoise qui représentera la Chine aux oscars 2015.
Il s’affirme autodidacte. Pour lui le cinéma s’apprend en le faisant. Adaptation d’un vieil adage. Le cinéma est sans cesse présent dans sa vie. Une façon de réaffirmer que ce métier n’est pas un métier comme un autre – si c’est un métier – et qu’il requiert un engagement total, quasiment un pacte, probablement pas avec le diable ! un contrat avec soi-même sûrement !
Philippe Muyl porte un regard tendre, ironique sur le monde donc sur ses personnages. Pas d’amertume, pas de comptes à régler, il semble être ouvert à ce que les personnages, les acteurs, les techniciens peuvent lui donner tout en sachant là où il veut aller. Il croit, peut-il faire autrement, à la vertu du travail. C’est un humaniste, un vrai, parce qu’il croit encore au monde et à ce qu’il peut apporter. Ce n’est pas difficile à deviner, ses films le disent mezzo voce, mais fermement.

FILMOGRAPHIE

1981 – L'École des chefs (court métrage)
1984 – L'Arbre sous la mer
1991 – Contre l'oubli (court métrage)
1992 – Cuisine et dépendances
1996 – Adorable petite bombe (téléfilm)
1997 – Tout doit disparaître
2000 – La Vache et le président
2002 – Le Papillon
2007 – Magique
2014 – Le Promeneur d'oiseau

Mots-clés associés

Catégorie : - Le président

Les éditions précédentes

clap2017web.jpg Édition 2016   Édition 2015   Clap 89, affiche 2014

Vous êtes ici :   Accueil » Le président 2016 - Philippe Muyl
 
 
Visites

 1209300 visiteurs

 31 visiteurs en ligne

Soutenez-nous
Ciné en salles
  Laissons les profits au capitaliste acheteur et marchand soit, mais laissons au réalisateur sa gloire, ce n'est pas trop demander, en bonne justice.  Georges Méliès
  Si je buvais moins, je serais un autre homme, et j'y tiens pas !  Jean Gabin - Un singe en hiver (M. Audiard)
  Je connais ton honnêteté mais je connais aussi mes classiques. Depuis Adam se laissant enlever une côte et Napoléon attendant Grouchy,
toutes les grandes affaires qui ont foiré étaient basées sur la confiance.
  
Jean Gabin - Le Cave se rebiffe (M. Audiard)
  L'essentiel, c'est de râler. Ça fait bon genre.  Jean Gabin - Mélodie en sous-sol (M. Audiard)
  Actuellement, il est à Vichy mon cher père. Ah ! c'est un homme qui a la légalité dans le sang. Si les Chinois débarquaient, il se ferait mandarin.
Si les nègres prenaient le pouvoir, il se mettrait un os dans le nez. Si les Grecs... oui enfin, passons !
  
Maurice Biraud - Un taxi pour Tobrouk (M. Audiard)
  Sans vouloir la ramener, la seule différence concrète avec des briques, c'est que vous appelez ça des tartes !  Lionnel Astier - Kaamelott, Livre I
  La culture burgonde ? Je savais même pas qu’y en avait une… Non, moi je voulais faire grec moderne, mais y avait plus de place.
Il restait que burgonde ou anglais. Aaaaanglais ! Mais c’est encore moins répandu.
  
Loránt Deutsch - Kaamelott, Livre I
  Une fois, à une exécution, je m'approche d'une fille. Pour rigoler, je lui fais : "Vous êtes de la famille du pendu ?" ...
C'était sa soeur. Bonjour l'approche !
  
Franck Pitiot - Kaamelott, Livre I,
  Arthur (à Séli) : Et si vous la ramenez, à partir de demain, vous mangez dans la pièce d'à-côté !
Léodagan : Pourquoi attendre demain ? Maintenant que l'idée est lancée ?
  
Alexandre Astier, Lionnel Astier - Kaamelott, Livre I
  C’est incroyable, j’ai l’impression de bouffer de la terre et de la bouse et du gravier,
ça sent le poulailler, mais c’est du céleri et des oignons. C’est prodigieux…
  
Alexandre Astier - Kaamelott, Livre II
  - Et toi t'as tué du monde ? - Juste des flics.  - Pas de vrais personnes ? - Nan, juste des flics.  Reservoir Dogs
   Vous savez ce qui arrive aux personnes qui tentent de se suicider ?
Dans l’au-delà on les utilise comme simples fonctionnaires !   
Otho - Beetlejuice
  C’est grossier de parler de religion, vous ne savez jamais qui vous allez offenser !  Big Fish
  Mr Treehorn n’est pas un homme convenable, il traite les objets comme des femmes...  Le Duc - The Big Lebowski
  C’est peut-être ça l’enfer, passer toute l’éternité dans c’putain d’Bruges !  Ray - Bons baisers de Bruges
  - Comment vont les jumelles ? - Triplées. - Triplées ? Comme le temps passe vite !  Brazil
  Un coupable est beaucoup moins dangereux en liberté qu’en prison... Parce que, en prison, il contamine les innocents.  Bernard Blier - Buffet froid
  Des vieux pauvres, ça n’existe pas. Radins, oui. Pauvres, non.  Benoît - C'est arrivé près de chez vous
  C’est dans ses rêves que l’homme trouve la liberté, cela fut, est, et restera la vérité.  John Keating - Le Cercle des poètes disparus
  Tout se mange dans cette pièce, même moi, mais ça, ce serai du cannibalisme, et c’est très mal vu par la société.  Willy Wonka - Charlie et la chocolaterie
  La mort est éternelle, peu importe quand elle commence.  Chat noir, chat blanc
  J’ai vu toute ma vie défiler devant moi... C’était d’un ennui mortel.  Rocky - Chiken Run
  La vieillesse. C’est la seule maladie dont on ne peut espérer guérir.  Citizen Kane
  Nous on aime l’effort, mais on ne le pratique pas.  Jésus - Les Démons de Jésus
   - L’argent ne fait pas le bonheur...
- Faux ! Ça c’est des salades qu’on raconte aux pauvres pour pas qu’ils se révoltent !  
Inconnu et Gabrielle - desperate Housewives
  Dis donc on t’a jamais appris à manger avec la bouche fermée toi. C’est à toi que je cause.
J’ai l’impression d’être à côté d’un camion poubelle qui travaille, moi ici !  
Jean-Claude - Dikkenek
  Si vous parlez à dieu, vous êtes croyant. S’il vous répond c’est que vous êtes schyzo.  Gregory House - Docteur House
  Vous avez un parasite, il vous reste un mois pour vous en débarrasser sinon après ça serait illégal,
mais ne vous inquiétez pas les femmes adorent ces parasites :
elles leurs mettent des bonnets et elles les amènent au parc avec d’autres parasites.  
Gregory House - Docteur House
  Ces murs ont un effet bizarre, au début on les déteste, ensuite on s’y habitue,
et on finit par en avoir besoin, c’est ça être institutionnalisé.  
Red - Les Évadés
  Vous au moins vous ne risquez pas d’être un légume
puisque même un artichaut a du cœur !  
Amélie Poulain - Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain
  Ooooh ! Il a les yeux de son papa ! Chéri, enlève les lui de la bouche...  Morticia - La Famille Addams
  C’est ça mon déguisement, je suis un fou criminel : il ressemble à n’importe qui.  Mercredi - La Famille Adams
  - Vous me demandez de recoudre votre plaie ?
- C’est comme les rideaux, c’est pareil !
- Non, c’est pas pareil, j’avais une machine.  
Kate et Jack - Lost, les disparus
  Les souvenirs sont malléables, ce sont des interprétations, rien de plus.
Ils ne font pas le poids face à la réalité.  
Leonard Shelby - Memento
  C’est ça l’avenir : chaque fois qu’on le regarde il change parce qu’on l’a regardé, et ça, ça change tout le reste.  Cris Johnson - Next
   Vous êtes cons ça fait plaisir à voir ! À chacun sa croix, moi c’est deux abrutis !  Everett à Delmar et Pete - O' Brother
   Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s’il n’avait pas blessé le mien.  Elizabeth Bennet à Jane Bennet - Orgueil et préjugés
  Je n’aime pas dire du mal des gens, mais effectivement elle est gentille.  Pierre - Le Père Noël est une ordure
  C’est la joie d’me revoir ou tu caches un lapin dans ton pantalon ?  Qui veut la peau de Roger Rabbit ?
   Contrairement à mon prédécesseur je ne danse pas avec les loups.  Robin de Locksley - Sacré Robin des Bois
  Je ne vais pas te faire de mal... Je vais juste t’éclater la gueule !  Jack Nicholson - Shining
  Le monde change. La musique change. Les drogues changent. Même les hommes et les femmes changent.
Dans 1000 ans, il n’y aura ni mec, ni nana. Que des branleurs.  
Trainspotting
  Il parait que celui qui a inventé la bombe atomique, il aimait vachement les gens ! Alors arrête de me rendre service, tu veux ?  Viens chez moi j'habite chez une copine
  Je ne crois plus au prince charmant. Maintenant, je crois au chantage et à la délation.  Mélanie Lupin - Vilaine
  ils vous applaudissent parce que personne ne vous comprend, et moi, ils m'applaudissent parce que tout le monde me comprend !  Charlie Chaplin à Albert Einstein
  Si tu veux réussir dans la vie, oublies la vérité  Dracula et les femmes - Le boulanger

cinéma Confluences

PARTENAIRE OFFICIEL